Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A chaque jour son chiffre. Mercredi c'était la baisse des prix qui fait craindre la déflation. Le chiffre d'hier (14 Août), c'est la stagnation de la production industrielle dans la zone Euro. La France n'échappe pas à cette situation, même si elle fait un tout petit peu mieux que l'Allemagne qui voit son PIB baisser de 0,2 points au 2° trimestre 2014.

Le gouvernement est bien entendu en ligne de mire de presque tous les commentateurs, comme de tous les responsables politiques en opposition à ce gouvernement.

Peu de choses intéressantes dans les réactions, notamment du côté des politiques. D'ailleurs, pourquoi y aurait-il des choses intéressantes à attendre puisque le scénario est écrit et les rôles connus de tous par cœur ?

Alors plutôt que m'énerver devant les infos, je me suis fait mon petit théâtre à moi aussi:

Indi CATEUR : Tu as entendu, la production industrielle a stagné depuis le début de l'année en France.

Indi VIDU : Oui j'ai entendu, mais je n'y comprends rien. C'est grave?

Indi CATEUR: Bien sûr que c'est grave.

Indi VIDU: Je ne sais pas. je demande. Parce qu'hier, à la télé, ils ont annoncé que les prix baissaient et que c'était grave, alors que je croyais que c'est quand ils montaient que c'était grave. J'ai même lu dans un journal qu'un des objectifs de la politique économique européenne, c'était de lutter contre la hausse des prix. Si quand les prix baissent c'est grave et quand ils montent c'est grave aussi, je me dis que c'est peut-être pareil pour la production industrielle.

Indi CATEUR: Non c'est pas pareil. S'il n'y a plus de production industrielle, il n'y aura pas d'emplois de créés. Et s'il n'y a pas d'emplois de créés, il y aura moins de salariés et donc moins de salaires versés. Et si il y a moins de salaires versés, les gens n'auront plus les moyens d'acheter ce dont ils ont besoin. C'est quand même simple.

Indi VIDU: Si les prix baissent, ils pourront tout de même acheter. Finalement la baisse des prix et la baisse de la production, ça va bien ensemble et c'est pas forcément grave. Les gens auront moins de moyens mais les affaires seront moins chères. Ça revient au même.

Indi CATEUR : Tu comprends vraiment rien. Si les prix baissent, les patrons vont baisser les salaires encore plus pour pouvoir produire. Dans le coût des affaires, n'oublie pas qu' il y a une part importante qui revient aux salaires. Si les choses sont vendues moins chère, obligatoirement les salaires vont baisser et si tu pousses la logique jusqu'au bout, un jour tu ne seras même plus payer pour travailler.

Indi VIDU : OK, tu as peut-être raison. Mais moi je ne travaille pas depuis plusieurs mois. J'ai été licencié et ma boîte tournait pas mal. Et elle tourne toujours pas mal. C'est dans le commerce. N'empêche que le patron, il a non seulement réduit mon salaire, mais il l'a supprimé, puisqu'il m'a licencié. Pourtant les prix de nos produits ne baissaient pas et la demande était et est toujours en augmentation. Donc c'est pas grave uniquement quand les prix baissent et que la production stagne. C'est grave tout le temps. D'ailleurs, moi j'ai toujours entendu parler de crise depuis que je suis né. A cette époque il devait y avoir 2 millions de chômeurs, aujourd'hui on est à plus de 5 millions sans compter les travailleurs pauvres. En fait si je te comprends, aujourd'hui la situation est encore plus grave que quand c'était grave.

Indi CATEUR : Tu fais un peu du mauvais esprit. c'est pourtant facile à comprendre cette logique du cercle vicieux : La baisse des prix entraîne une baisse des salaires qui à son tour va entraîner une nouvelle baisse des prix qui va encore se traduire par une baisse de salaire, etc, etc etc. Et ça s'appelle la récession. C'est une équation simple

Indi VIDU : Je te parle pas d'équation. Je te parle de ma vie. je te dis que moi je suis au chômage. J'ai été licencié d'une boite qui vendait des produits dont les prix n'étaient pas à la baisse, et pour lesquels la demande était en augmentation. Ton équation est peut-être juste, mais renverser la tendance ne donne pas forcément des solutions. Renverser la tendance c'est finalement revenir à la période d'avant. Celle où les prix et la production industrielle ne baissaient pas. Je te signale que durant cette période, ça n'a pas empêcher le chômage et les inégalités de revenus d'augmenter.

Indi CATEUR : Oui d'accord mais tu mélanges tout. Pour créer des emplois, verser des salaires, il faut bien qu'il y ait de la production de choses que les gens achètent. ça peut être des biens comme des voitures, des télés des Iphones, des Ipads... ou des services comme des assurances, des heures de ménages... Si il n'y a plus d'acheteurs, ils n'y a plus de production. Et pour qu'il y ait des acheteurs, il faut des des consommateurs qui aient les moyens d'acheter. Et pour avoir les moyens d'acheter il faut avoir un emploi pour gagner de l'argent. Il faut donc des consommateurs salariés ou des salariés consommateurs. Tu comprends, il faut d'abord faire repartir la machine et c'est comme cela qu'on pourra combattre le chômage et réduire les inégalités.

Indi VIDU : Ça c'est de la théorie. Tu sais bien que quand il y a de la production, on cherche toujours à produire plus vite avec moins de monde et ça fabrique du chômage aussi. Quand aux inégalités, j'ai lu quelque part que entre 2004 et 2007, elles se sont creusées entre les ménages les plus aisés et les autres. Durant cette période, les revenus des 1% des plus riches ont augmenté plus vite que ceux de l'ensemble de la population. Même depuis 2007, les écarts ont continué à se creuser. Alors tu vois bien qu'il n'y a pas d'un côté un cercle vicieux et de l'autre un cercle vertueux.

Indi CATEUR : T'es pas facile comme mec. Tu as toujours de la réplique. et c'est intéressant de discuter avec toi, mais Il faut que je parte. C'est dommage, je dois aller au bureau faire des calculs pour ajuster les prévisions économiques. mais on peut se revoir pour continuer la discussion

Indi VIDU : Pas de problème, quand tu veux. Je suis preneur. J'aime bien chercher à comprendre.

Indi CATEUR : On se dit dans 2 ou 3 jours. je t'envoie un message et on se retrouve.

Indi VIDU : OK

A suivre

Gaby BONNAND

Tag(s) : #Baisse des prix, #baisse de la production industrielle