Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La devise "Liberté - Egalité - Fraternité", issue de la révolution française n'a jamais connu une navigation calme et tranquille sur le long fleuve de notre histoire, depuis son apparition en période révolutionnaire. Boudée, piétinée, ressuscitée, elle s'impose définitivement après que l'humanité ait connu l'horreur des horreurs. En 1946 elle s'écrit en lettres d'or dans la Constitution.

Mais ces mots qui s'inscrivent aux frontons de nos mairies, de nos écoles et de tous nos bâtiments publics, qui brillent et éclairent notre destin commun, semblent se conjuguer d'une manière harmonieuse que rien ne peut venir troubler et qu'il faut protéger en parlant simplement de son vernis, sans jamais l'ausculter

Et si en guise d'harmonie douce et paisible, la devise était l'expression d'un conflit logique mais trop souvent ignoré?

Préférant l'image d'une devise qui fait rêver au détriment d'une réalité qui ne peut être que conflictuelle entre les 3 grandes Dames qui nous accompagnent depuis 2 siècles et demi, l'action pour que vive ce conflit légitime, de manière équilibrée, a été et est encore le plus souvent inexistante.

C'est Liberté.qui a commencé à remuer. Elle se sentait entraver par beaucoup de codes, de règles, de hiérarchies. Alors elle a voulu faire sauter quelques verrous. Elle a réussi à fédérer autour d'elle beaucoup de monde. Elle avait senti un frémissement diffus dans cette société qui, il faut le dire, ne prenait que peu de temps pour entendre le murmure de ceux, très, très nombreux qui voulaient larguer les amarres et inventer leur avenir.

Egalité et Fraternité ont non seulement laissé faire mais elle se sont retrouvées dans ce mouvement créée par Liberté. Elles y ont même participé.

Egalité a pris une place particulièrement importante auprès des femmes qui réclamaient plus de liberté et les mêmes que les Hommes.

Fraternité a aussi fait entendre sa voix, notamment lors de grandes manifestations. Elle a été également assez dynamique pour affirmer la solidarité en direction des peuples qui combattaient pour écrire leur avenir.

Liberté était un peu agacée de voir Egalité et Fraternité se mêler au mouvement dont elle se croyait dépositaire. Tout juste si elle n'accusait pas Egalité et Fraternité d'utiliser le mouvement à leur profit.

Liberté ne s'est pas opposée frontalement à Egalité et à Fraternité. Elle ne le souhaitait pas non plus. Elle sait bien que sans ses 2 consœurs, elle n'a plus cette aura qui fait d'elle une star. Mais elle pense quand même qu'il y a des terres qui n'ont pas encore été assez labourées et risquent de se desséchées si elle ne vient pas semer un peu de troubles. Mais elle sait que ça va grincer du côté d'Egalité. Alors elle va jeter son dévolu sur un champ immense. Le champ de l'économie. Se faisant, elle a constaté que de nouveaux adeptes la rejoignaient, qui plus est, des adeptes parmi ceux qui avaient été très réticents au début de son action, il y a quelques décennies.

Tous ceux qui n'aiment pas trop que l'on vienne changer les codes, tous ceux qui sont attachés à l'autorité, se mettent à la plébisciter.

Elle ne prenait pas garde à cela, d'autant qu'Egalité était silencieuse. Plus exactement elle ne savait pas comment se sortir d'un paradoxe qui faisait que plus de gens embrassaient Liberté, plus il y avait des inégalités qui se résorbaient en même temps que d'autres apparaissaient.

Et puis Fraternité vient prêter main forte à Liberté chaque fois qu'un pays, sous le joug de dictatures en tout genre (communiste à l'est, fasciste au sud, intégristes ailleurs ) se mettent à vouloir briser leurs chaînes. Liberté pris la tête de ces révolutions. Elle a été à la pointe du combat de celle qui a fait chuter le mur de Berlin

Liberté pris un peu la grosse tête. Elle criait de partout qu'elle avait gagné, ce qui est vrai, mais elle n'a pas gagné seule. La encore Egalité et Fraternité ont pris leur part. Sans Fraternité il n'y aurait pas eu tous ces mouvements de partout dans de nombreux pays. Et sans ces mouvements, le Mur de Berlin serait toujours debout...peut-être. Egalité, un peu plus effacée dans cette période, a tout de même été présente. C'est elle qui en Allemagne a permis que les allemands de l'ancienne Allemagne de l'Est ne soient pas considérés comme des citoyens allemands de seconde zone. C'est elle aussi qui a fortement contribué à ouvrir l'Union Européenne aux pays de l'ancien bloc de l'Est. Mais c'est vrai qu'Egalité a connu beaucoup de tourments à cette époque.

Malgré l'apport essentiel d'Egalité et de Fraternité, Liberté, fort de son succès, a tout fait pour minimiser leurs rôles. Et le labourage du champ de l'économie toujours de plus en plus grand, a quelque peu déséquilibré le rapport entre nos trois brillantes étoiles.

Liberté qui connait bien les Hommes pour être au plus profond de leurs désirs, sait très bien que l'économie est un sujet sensible. C'est tout de même le terrain où les questions d'argent sont importantes. Et quand on parle d'argent, les rivalités sont vite exacerbées. Obligatoirement, labourer ce terrain la mettrait en conflit avec les autres et notamment Egalité.

Alors Liberté va pousser son avantage et repousser en permanence les limites qu'ont voudrait lui opposer: la liberté d'entreprendre est plébiscitée, comme celle de la concurrence. Mais pour cela il faut plus de liberté des prix, plus de liberté dans le choix des localisations des entreprises, plus de liberté pour faire venir des investisseurs, plus de liberté dans la détermination des dividendes des actionnaires qui investissent, plus de liberté pour fixer les salaires en fonction de ce que vaut chacun, en fonction de son rendement. Plus de liberté pour fixer les rémunérations des dirigeants...

Egalité, voyant que Liberté s'enfonçait dans un chemin qui devenait dangereux et constatant que Fraternité semblait en léthargie, se mit à réagir. Mais ce conflit ouvert entre Liberté et Egalité devient vite caricatural. Liberté en vient à tenir des discours absurdes. Prétextant qu'elle était supérieure aux 2 autres héroïnes, elle a été jusqu'à dire qu'Egalité constituait une entrave pour elle l'accusant de liberticide en prônant l'égalitarisme.

Egalité lui répondait de manière aussi absurde en accusant Liberté de n'être que le cheval de Troie des possédants, des marchands, des intellectuels, des politiques bref de cette élite des "sachants" qui ne se servent de leur liberté que pour bâillonner tous les autres.

Pendant ce temps là, Fraternité fait preuve d'un engourdissement inimaginable et profondément inquiétant. Il faut dire qu'on lui en a fait avaler des couleuvres, a Fraternité. Elle se rappelle qu'on s'est servi d'elle pour mobiliser les populations contre un Tyran pour le remplacer par un autre ou par le chaos, comme en Iran, en Irak, en Libye... Heureusement qu'elle jouit d'une légitimé forte obtenue grâce à sa place dans l'organisation de la solidarité avec le peuple d'Afrique du sud, contre l'apartheid.

Elle se rappelle parfois de ce glorieux passé et ça suscite chez elle des moments de sursaut, notamment pour dire à Liberté qu'elle doit s’interroger, regarder les choses avec lucidité, qu'un certain nombre de ses adorateurs n'hésitent pas à se montrer peu respectueux de la liberté de leur voisin, surtout si celui-ci est gay, ou noir ou juif ou arabe, ou si celui-ci est peu qualifié, pauvre, chômeur....C'est plutôt rassurant mais trop sporadique, car c'est utile. Sur le coup Liberté est un peu secouée. Dans des moments de conscience trop peu nombreux encore, elle admet ne pas se reconnaître dans ce que disent et font nombreux de ses admirateurs.

Fraternité s'en prend aussi à Egalité, mais pas assez souvent. On ne peut pas, lui dit-elle résoudre les questions à coup de slogans et de règles qui ignorent les individus et tiennent plus de propose "hors sol" ou de calculs mathématiques, que de véritables plans d'action pour s'attacher à la résolution des problèmes. Mais sa voix a du mal a passer le mur du son ambiant.

Pourtant nos 3 égéries savent toutes les 3 qu'il n'y a aucune solution dans l'élimination de l'une d'entre elles. Toutes les 3 connaissent leur histoire. Avant qu'elles ne soient inscrites dans la constitution en 1946, elles se sont fait la guerre qui ont parfois plongé des peuples dans le malheur durant des décennies.

Mais l'histoire est une chose. Elle ne suffit pas toujours à prendre de la hauteur sur la réalité qui incite à la guerre. Pourtant,toutes les 3 savent que la guerre entre elles ne réglera rien et que la solution n'est que dans la régulation du conflit logique et légitime entre elles.

Mais l'histoire s'écrit au quotidien. le pire n'est jamais sûr.

Gaby Bonnand

Tag(s) : #Liberté Egalité Fraternité