Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par le hasard du calendrier, il se trouve que 2 femmes on fait la « Une » des journaux de ce jour. Elles n’ont rien à voir entre elles, mais un mot revient souvent dans les titres et les articles les concernant. Le mot « Haine ».

Haine de Valérie Trierweiler à l’encontre de son ex compagnon François Hollande.

Haine, torrent de haine en direction de Najat Vallaud Belkacem, de la part d’individus ou de groupes d’individus immondes.

Les 2 haines ne s’abreuvent pas aux mêmes sources. La haine qui nait de relations interpersonnelles ou intimes est un sentiment que tout individu peut ressentir. La complexité des relations interpersonnelles peut transformer l’amour en haine. Si il n’appartient à personne de porter un quelconque jugement sur les relations entre 2 êtres, déverser cette haine dans l’espace public, en direction de la personne qui est l’objet de la haine, mais aussi l’homme qui assure les plus hautes responsabilité de l’Etat, est indécent, inacceptable et scandaleux.

Ce déballage n’honneur pas son auteure. En plus il vient nourrir un climat politique malsain nauséabond et rejoint le torrent d’une autre haine. Celle qui atteint une autre femme Najat Vallaud Belkacem.

Cette haine ne s’abreuve pas à la source des ressentiments interpersonnels. Elle nait d’un sentiment d’individus et de groupes d'individus qui se considèrent supérieurs au motif que leur couleur de peau, leur culture, leur religion sont par nature supérieure à toutes les autres cultures, couleurs de peau ou religions.

Quand cette haine a embrasé le monde, ce sont des millions de personnes qui ont été exterminées au seul motif d'être ce qu'ils étaient (Arméniens, Juifs, Tziganes...)

Si la haine qui se nourrit de ressentiments issus de relations interpersonnelles peut se comprendre si elle ne s'étale pas dans l'espace public, l’autre doit être combattue sans essayer de la comprendre.
Commencer à comprendre c’est commencer à expliquer et pourquoi pas trouver des circonstances atténuantes.

Il n’y a pas de circonstances atténuantes, il n’y a pas à chercher à comprendre, il faut combattre, combattre sans relâche.

La république nous donne des armes pour ce combat :

  • la mobilisation citoyenne
  • Le recours devant les tribunaux pour donner une visibilité indispensable entre la liberté d’opinion et le délit d’opinion.

Ce n’est pas la première fois ces derniers mois que des responsables politiques sont haïs, pour leur couleur de peau, leur culture, tout simplement en raison de leur différence.

Il y a tout juste un an Christiane Taubira faisait l’objet des plus graves insultes, au seul motif qu’elle est noire. Aujourd’hui c’est Najat Vallaud BELKACEM qui est victime de cette même haine justifiée par le seul fait qu’elle soit née au Maroc et de culture musulmane.

Il y a quelques mois, Manuel Valls, encore ministre de l’intérieur avait actionné le levier de la justice à l’encontre de Dieudonné qui se livrait dans ses spectacles à un antisémitisme insupportable pour la démocratie.

Quelques « Bien-Pensants » l’avait cloué aux piloris car avant d’actionner la justice, il faut disait-il "essayer de comprendre, il faut faire attention de ne pas mettre de l’huile sur le feu, il faut, il faut ect… ". Comme si saisir la justice était un acte antidémocratique. Le pouvoir judiciaire est consubstantiel à un état de droit.

Il ne faut pas essayer de comprendre, il ne faut pas essayer d’expliquer. Il faut combattre, combattre sans relâche.

Contre ce déversement de haine à l’encontre de Najat Vallaud Belkacem, la justice doit être saisie.

Ça ne suffira pas. La mobilisation citoyenne doit se développer. Ce que vit aujourd'hui Najat Vallaud Belkacem, hier Christiane Taubira, n'est que la partie visible de l'iceberg. Si les discours les plus « orduriers » nous viennent de l’extrême droite, le mal est plus profond et tous ceux et toutes celles qui apportent de l’eau au moulin de cette haine, doivent être combattus. C’est le cas notamment de Laurent WAUQUIEZ qui a tweeter quelques minutes après l’annonce de madame Vallaud Blekacem au Ministère de l’Education Nationale qu’il s’agissait d’une " provocation en direction des familles". Slogan repris par les responsables de « la manif pour tous » et par « Minute ».

A ce billet je joins une pétition pour soutenir Najat Vallaud Belkacem. Il ne s’agit pas d’une pétition pour soutenir la politique du gouvernement en matière d’Education nationale, il s’agit d’un combat contre le racisme.

Ne pas vouloir faire la différence aujourd’hui c’est conforter les forces mortifères de la haine.

Gaby BONNAND

Tag(s) : #Haine, #racisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :