Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a des chroniques, qu’elles soient écrites ou lues, qui vous donnent envie de vomir. Et il n’en manque pas en cette période troublée tant sur le plan économique, social, sociétal, démocratique, idéologique, intellectuel…

Par contre il y en a qui vous arrachent des cris qui semblent venir de très profond. Des cris sur lesquels on pourrait mettre ce type de paroles : « Putain que j’aimerais avoir écrit ça » ou « Qu’est-ce que ça fait du bien de lire ça ».

Et bien c’est ce qui m’est arrivé en lisant le bloc-notes de Jean Claude GUILLEBAUD dans le magasine « La Vie » de cette semaine.

Le titre : « INSULTE A LA RÉPUBLIQUE »

Le sujet traité : L’appât du gain, de l’argent par des responsables politiques.

Les pratiques incriminées : La conférence rémunérée à 100 000€, de Nicolas Sarkozy à Abu Dhabi le 2 février de cette année, « en pleine crise de la république, en pleine menace djihadiste, en pleine errance de son parti »

Les PDG gagnant 500 fois le salaire minimum

Les liaisons dangereuses entre le monde des affaires et celui de la politique et des cabinets ministériels

Le sentiment d’un certain nombre de responsables qu’ils se sont fait eux-mêmes et que leur valeur personnelle mérite bien « l’alignement de plusieurs zéros sur un chèque ».

Oui ça me fait du bien de lire et de relire des chroniques comme celle de Jean Claude GUILLEBAUD cette semaine.

Je sais. On va me dire que les moralisateurs sont de retour, qu’il y en a marre de culpabiliser ceux qui gagnent de l’argent. Tout juste si on ne va pas me reprocher d’être en fait jaloux et c’est probablement la jalousie qui est cause de mon courroux.

Aucune jalousie en moi. Simplement la volonté d’inverser les choses. Je ne reprocherais à personne d’aimer l’argent et d’en gagner. Je pourrais éventuellement m’opposer à eux dans un combat social pour plus d’équité dans la répartition des richesses

Mais dans la situation qui nous occupe, il ne s’agit pas de ça. Il ne s’agit pas d’un combat pour une répartition plus juste des richesses. Il s’agit du combat contre a perversion de la politique et de la démocratie par l’argent et l’appât du gain. On ne peut pas prétendre défendre les intérêts suprêmes du pays, les valeurs républicaines, les valeurs démocratiques et se vautrer dans des pratiques où semblent d’avantage compter les piètres intérêts d’individus avides, que les valeurs républicaines et démocratiques.

Je ne suis pas un moralisateur, et je dénis le droit à quiconque de ma considérer comme tel.

Je suis un citoyen qui sait que les discours moralisateurs sont porteurs de conservatisme.

Je suis un citoyen qui veut participer, non pas à des opérations mains blanches, mais à un combat pour réhabiliter le politique, l’engagement citoyen sans lesquels il n’y a pas d’avenir ensemble possible.

GUILLEBAUD parle de "perversion de l’intelligence" et nous renvoie à notre imagination : "Vous imaginez Charles de Gaulle, Pierre Mendès France ou Jean Jaurès avec un chèque à la main ?"

Gaby BONNAND

Tag(s) : #République, #démocratie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :