Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faire mémoire d’un évènement important, marquant pour notre vie personnelle, familiale, nationale ou internationale, constitue les fondements de tout anniversaire.

Au-delà de cette volonté de faire mémoire, il y a le désir d’honorer quelqu’un que l’on aime. Souffler les bougies pour un anniversaire en famille est toujours un temps fort pour signifier à la personne fêtée qu’elle compte pour nous. C’est une occasion pour faire « famille »

Fêter un anniversaire c’est aussi se projeter dans l’avenir. Fêter l’anniversaire de son enfant, ce n’est pas regretter les temps où il est né, en ne l’imaginant magnifique qu’aux toutes premières heures de sa vie. Non c’est parler de tout le chemin parcouru et de l’avenir qui s’annonce.

Un anniversaire peut être aussi devenu un rite routinier sans grand sens. C’est l’heure de la banalisation. A l’heure des réseaux sociaux, nous sommes tranquilles, Facebook et les autres veillent.

Un anniversaire c’est enfin une cible de tout ce que le monde comprend de marchands. Rien n’échappe au marché et les anniversaires pas plus que les autres temps forts qui rythment une vie d’hommes et de femmes. L’imagination est féconde pour empêcher la source de se tarir.

Fêter l’anniversaire de la Sécu ne doit pas devenir une routine. Elle ne doit pas devenir non plus un rendez-vous de nostalgiques, de procureurs ou de visiteurs de musées.

Travailler à refaire « société »

Les ordonnances des 4 et 19 Octobre 1945 portant création de la Sécu[1] constituent un évènement important dans notre histoire collective. L’histoire de la protection sociale en France ne commence pas avec ces ordonnances, mais celles-ci constituent une étape importante dans la généralisation et l’universalisation des protections sociales.

La création de la Sécu, au-delà du contenu des ordonnances, est un évènement majeur dans la reconstruction de notre pays, de notre « vivre ensemble », de notre capacité à faire société après plusieurs années de troubles, de confusion qui ont entachées notre identité et ce que celle-ci signifiait aux yeux du monde.

Fêter l’anniversaire de la Sécu s’est refaire « société », comme on refait famille pour un anniversaire d’un ces de ses membres.

Se projeter dans l’avenir

Refaire société le temps d’une commémoration, d’un anniversaire ne peut suffire. Il est rare, lors d’un d’anniversaire, que les discussions entre participants ne portent que sur les souvenirs de la naissance de celui ou de celles que l’on fête. On parle de la situation présente et surtout de l’avenir. On souhaite que celui ou celle qui est fêté poursuive sa route, réalise ses souhaits. Même si nous savons qu’entre le souhait et ce qui se passe réellement, il y a parfois des écarts. En tous les cas, fêter un anniversaire de quelqu’un que l’on aime, c’est lui dire qu’il peut compter sur notre soutien, notre confiance, dans ce qui fera son avenir.

Pour Pierre Laroque, le père fondateur de la Sécu : « La sécurité sociale, c’est débarrasser le travailleur de l’incertitude du lendemain. ». Profondément en phase avec son temps, Pierre Laroque a insufflé une dynamique dans une société industrielle, permettant à la fois de renforcer les protections des salariés et le développement économique et social de notre pays.

La création de la Sécu, ne l’oublions pas a donné lieu à de nombreuses critiques. Mais les pères fondateurs ont su faire face et la création de la Sécu apparait comme un acte de réinvention d’un avenir commun.

En cette année anniversaire, se mettre dans les pas des fondateurs de la Sécu, ce n’est pas l’enfermer dans un carcan, c’est la réinventer pour qu’elle n’exclue personne, pour qu’elle réponde aux besoins de protection sociale et d’émancipation des hommes et des femmes d’aujourd’hui.

En cette année anniversaire, se mettre dans les pas des fondateurs de la Sécu c’est travailler à faire de celle-ci le ciment d’un « Vivre Ensemble », dans un monde où le travail, le salariat se sont profondément transformés, où les inégalités progressent.

En cette année anniversaire, se mettre dans les pas des fondateurs de la Sécu, c’est s’ouvrir au monde pour inventer les conditions d’un avenir commun.

En cette année anniversaire, se mettre dans les pas des fondateurs de la Sécu, c’est intégrer dans les débats sur la refondation de notre protection sociale, la dimension internationale. Les évènements actuels et l’arrivée massif de réfugiés dans nos pays, nous rappellent que l’avenir ne peut s’écrire avec l’encre du repli sur soi.

Gaby BONNAND

[1] http://www.lebimsa.fr/dominique-libault-entre-vigilance-et-transmission/

Tag(s) : #Sécurité sociale