Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin, j'ai tout de même beaucoup de mal. Je ne comprends pas toutes les réactions que j'ai reçues en réponses à différents posts d'hier soir suite à la décision de maintenir la déchéance de nationalité.

- On me dit tout d'abord que plus de 80% de français approuvent cette mesure et donc que ceux qui la désapprouvent ne seraient qu'une avant-garde éclairée avec laquelle, il ne faut perdre son temps à discuter. Très bien attendons le sondage qui montrera qu'une majorité de français est pour le rétablissement de la peine de mort dans des cas de crimes atroces ou de terrorisme. Il y aura toujours un président de droite ou de gauche pour la faire approuver pour éviter, nous dira-t-on, à l'extrême droite d'arriver au pouvoir.

- On me dit aussi que Hollande ne peut pas revenir sur sa parole. Il a annoncé cette mesure le 16 Novembre devant le congrès. Ce serait une nouvelle fois se renier. Mais alors, allons jusqu'au bout. Ceux qui nous disent cela sont très silencieux sur les promesses non tenues concernant 2 points majeurs du programme de Hollande aux élections présidentielles: Le vote des étrangers pour les élections locales, et la réforme de la fiscalité pour une plus grande redistribution.

- On me dit encore que je ne comprends rien. Hollande, Vals et Taubira ont joué une partition très habile à 3 pour piéger la droite et l’extrême droite et leur couper l'herbe sous les pieds. Un jeu tactique donc. C'est d'ailleurs ce que semble laisser entendre les propos de Valls qui considère que cette mesure ne vaut pas par son efficacité mais par sa symbolique. Symbolique de quoi? De la parole donnée, nous dit-on. Mais c'est absolument horrible comme symbolique. Pour moi en république et en démocratie la symbolique ce n'est pas poursuivre de manière suicidaire dans l'erreur. La symbolique c'est la fidélité aux principes d'égalité, de liberté et de fraternité. Peut-être suis-je encore trop naïf pour y croire. Du coup je revendique cette naïveté.

J'ai donc le sentiment ce matin que le fossé se creuse entre une élite qui ne pense la politique que comme un jeu tactique, une affaire d'appareil et d'initiés aux jeux troubles du "Poker menteur", et des citoyens de plus en plus perdus.

Beaucoup ne se sentent pas reconnus et se tournent vers des horizons qui peuvent conduire certains d'entre eux vers l'irréparable, d'autres se détournent des pratiques basiques de la démocratie et se réfugient dans l'abstention ou le refus de voter. D'autres encore se replient sans bruit, et ainsi la démocratie se meurt

Je reprends pour conclure ce que disait entre autre, Michel Wieviorka, le 14 Décembre, au lendemain des élections régionales, dans libération, Voilà quelque chose qui me réconforte dans cette grisaille crépusculaire de 2015, et qui peut encore donner de l'espoir

"Nous sommes dans une période où se conjuguent la congélation et la décomposition du système politique. Je fais donc deux propositions qui ne demandent qu’à être débattues : dire aux électeurs qu’ils auront la possibilité de choisir leurs candidats et donc que soient organisées deux vraies primaires, à gauche et à droite. Il ne faut pas qu’on ait Sarkozy - parce qu’il a verrouillé l’appareil - face à Hollande - parce qu’il a fait le vide des candidatures à gauche. Mais ça ne suffit pas, il faut en plus créer les conditions pour qu’un peu partout, le débat renaisse. Il s’agit de promouvoir les discussions et réflexions collectives sur le terrain, là où vivent nos concitoyens, dans une démarche bottom-up qui redonnerait de la place au tissu associatif dans le processus d’expertise et de décision. Le débat gagnerait aussi à vivre davantage localement, dans la société civile d’une manière générale".

Peut-être n'est-il pas encore trop tard

Gaby BONNAND

Tag(s) : #Déchéance de nationalité