Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La première raison tient à la simplicité de l’auteur. Voilà un des dirigeants syndicaux, le plus jeune de notre pays, qui plus est, Secrétaire Général de l’organisation syndicale la plus en vue dans ce qui constitue les plus grandes réformes sociales du moment (que l’on aime ou que l’on n’aime pas), qui parle d’un langage concret, clair et sans prétention. Point besoin de connaitre les codes, « l’alphabet » du parfait syndicaliste pour entrer dans le voyage que nous propose Laurent Berger, au travers de son histoire qui commence dans un des berceaux de l’histoire ouvrière de notre Pays, Saint Nazaire, qui le conduira à des responsabilités à la JOC, d’abord, puis à la CFDT de laquelle il prend la tête en Novembre 2012.

La deuxième raison tient au lien que l’auteur arrive à faire entre l’action concrète des militants et adhérents de la CFDT au quotidien et les enjeux de transformation sociale. L’auteur nous emmène avec lui à la rencontre des militants et militantes CFDT. D’Air France à Renault, De Gad à l’Hôpital public, de « Carbone Savoie » à Amazon et Save my Smartphone, nous voyageons avec l’auteur. Nous avons même le sentiment de participer au dialogue avec les militants et militantes, à leur réflexion. A l’occasion de ces voyages dans les entreprises, l’auteur nous montre que les questions de temps et d'organisation de travail de formation professionnelle et de qualification des salariés, de politiques industrielles et de compétitivités des entreprises, les politiques de santé et de logement, d’aménagement du territoire, de développement durable, de transition énergétique et écologique, portées par la CFDT, s’enracinent dans la pratique quotidienne des militants et adhérents d’entreprises. Il n’y a pas d’un côté les « petites mains » qui sont sur le terrain et de l’autre les « penseurs » qui définiraient des positions. Ça fait du bien dans une période où il est de bon ton de mettre en avant la coupure entre la « base » et les élites. Ce voyage est en fait très pédagogique.

La troisième raison c’est pour la capacité de l’auteur à se décaler pour « penser autrement », à faire ce pas de côté dans le dialogue avec les militants et militantes et aussi avec quelques intellectuels tels Askenazy, Collin, Aglietta ou Segrestin et bien d’autres. Même Amartya Sen est convoqué dans cette réflexion de l’auteur. La révolution numérique est en train de transformer radicalement la façon de produire, d’organiser les relations de travail entre les hommes et les femmes. Elle impacte et va impacter tous les secteurs de l’emploi, le contenu du travail, son organisation les qualifications…, mais aussi l’organisation de la société, notre façon de vivre ensemble et notamment nos systèmes de protection sociale. L’avenir n‘est pas écrit d’avance. Mais l’auteur croit dur comme fer au sous-titre de son livre « Nous vivrons ce que nous changerons ». Cette devise n’est pas un acte de foi, c’est une invitation à regarder la réalité en face pour la changer : « La financiarisation des entreprises les a rendu aveugles au temps long. La finance est devenue prédatrice, elle contribue à l’explosion des inégalités… Tout le monde l’a compris l’approche financière est catastrophique pour l’innovation ». Ou encore « La révolution numérique bouleverse notre modèle de protection sociale… Il est complètement incompréhensible, alors que les statuts d’ ‘emploi sont de plus en plus nombreux et de plus en plus flous, d’attacher la protection aux postes de travail plutôt qu‘aux personnes ». Et de proposer le Compte Social personnel, proposition adoptée au congrès CFDT de Marseille en Juin 2014. Plus qu’un dispositif le Compte social Personnel est un projet ambitieux de transformation « Le Compte Social Personnel est l’aboutissement de nos réflexions sur le temps de travail et de la vie, sur la sécurisation des parcours professionnels, sur l’évolution de notre modèle social afin qu’il corresponde mieux à ce que vivent les salariés et les chômeurs… Le Compte Social Personnel est une idée ambitieuse et novatrice, qui veut radicalement changer notre système de protection sociale ». Voilà pour les « quelques esprits rapides » qui trouvent cette propositions « complexe, fourre-tout opaque et inutile ». L’auteur ne supporte pas la paresse intellectuelle et il a raison.

La Quatrième raison est liée à cette proposition de Compte Social Personnel. Personne ne comprendra rien au Compte Personnel d’Activité que le gouvernement a proposé et que le parlement a acté dans la loi du 17 août 2015, s’il ne fait pas référence au travail de la CFDT et à sa proposition de Compte Social Personnel adoptée à son congrès de Marseille, en Juin 2014.

Le livre « Permis de Construire » de Laurent berger est indispensable à tous ceux et à toutes celles qui veulent comprendre et s’intéresser à la démarche en cours pour la mise en place, comme la loi du 17 août le commande, du Compte Personnel d’Activité, au 1 Janvier 2017. Bonne lecture donc

Gaby BONNAND

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :