Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La machine est en route. Celle qui a entraîné l’échec de JOSPIN, est de nouveau au rendez-vous. Les mêmes arguments : "Pas assez de gauche".

Pas assez de gauche, JOSPIN qui avait osé dire qu'en matière économique, l'Etat ne pouvait pas tout

Pas assez de gauche, JOSPIN qui avait eu la pas très bonne idée, reconnaissons-le, de nommer ALLEGRE comme ministre de l'Education Nationale. Cette décision, les fonctionnaires (de la vraie gauche) lui l'on fait payer cher, au point de ne pas le positionner au second tour de l'élection présidentielle de 2002.

Pas assez de gauche, JOSPIN qui ne trouvera pas beaucoup de députés pour défendre son bilan.

La gauche a le réformisme « honteux ». Ça doit être dans ses gènes. Pourtant la CMU c'est sous JOSPIN, les 35h, défendus aujourd'hui par ses justiciers de l’époque, les emplois jeunes si regrettés par une partie des frondeurs. Tout cela c'est sous JOSPIN aussi. Mais pour les opposants de l'époque, ce ne sont que des pis-aller, des meurettes, des réformettes. JOSPIN allait presque jusqu’à s’excuser d’avoir pris ces mesures faute de mieux.

Les opposants de gauche à la loi El KHOMRI n'ont rien à envier à leurs prédécesseurs. Ils ont été élevés au même biberon. Mais la situation s'est aggravée depuis. En plus de cette difficulté originelle de la gauche à être réformiste autrement que dans le discours, le parti socialiste (les autres ne comptent pratiquement plus) semble en "lévitation", hors sol, hors du monde, dans une bulle, la leur.

Revenons donc à la loi EL KHOMRI. Comme beaucoup de commentateurs l'ont déjà dit, c'est une bagarre d'ego entre VALLS et MACRON qui est à l'origine d'une première présentation de la loi. Tournant le dos aux résultats des concertations, le premier projet de la loi présenté par le Premier Ministre, introduit des mesures très libérales qui sont une véritable provocation.

Devant les réactions syndicales, le projet est réécrit. Mais le mal est fait et la brèche ouverte devient du pain béni pour de nombreux protagonistes.

C'est du pain béni pour le MEDEF qui a depuis l'arrivée de GATTAZ enfourché un costume de lobbyiste ultra-libérale, très idéologue et dogmatique.

C'est du pain béni pour les opposants à VALLS et à HOLLANDE qui ne poursuivent qu'un but: empêcher HOLLANDE de se présenter à la présidentielle.
Peu importe le contenu de la loi. Ce qui compte c'est de donner à voir que HOLLANDE est un traître, et qu'il faut l'empêcher d'être candidat.
Ceux et celles qui animent cette opposition au sein du PS pensent que ce sont eux qui, en défendant la "vraie gauche", tiennent en main l'avenir du pays. Leur monde s'est tellement rétréci qu'ils ont fini par considérer que le seul débat dans le pays qui intéressait les citoyens est un débat entre la "vraie gauche" et une "fausse gauche" (celle qui dirige le pays)

C'est du pain béni pour la droite. Pendant que les opposants de gauche et quelques organisations syndicales se gaussent avec des sondages qui montrent que plus de 70% des français sont opposés à la loi EL KHOMRI, les candidats de droites sont plébiscités par les mêmes français sur des propositions économiques ultra libérales qui sont sans commune mesure avec les mesures du projet de loi travail.

Peu importe, c'est ça la "vraie gauche". Celle qui fait croire qu'elle est réformiste quand elle est dans l'opposition mais qui est incapable de l'assumer collectivement quand elle est au pouvoir.

Et puis viendra demain, le temps ou la gauche se retrouvera, comme elle s’est retrouvée dans l’opposition à SARKOZY. Demain elle se retrouvera dans l'opposition. On peut se demander d’ailleurs s’il n’y a pas une logique inconsciente qui pousse la gauche à rechercher cette posture d’opposant, car, c’est la seule posture où le mythe de l’unité et la réalité se rejoignent.

Oubliant sa responsabilité dans l'absence de JOSPIN au 2*tour des élections en 2002, elle défend, aujourd'hui, le bilan de ces 5 ans de 97 à 2003. Demain, elle se retrouvera pour défendre la loi EL KHOMRI quand la droite ou l'extrême droite, au pouvoir la « détricoteront » points par points. A ce moment la gauche unie criera au scandale. Elle considèrera comme des acquis à préserver, les mesures de la loi EL KHOMRI, qu’elle avait considéré comme scélérates à l’époque où le gouvernement avait été obligé de recourir au 49/3 pour que ces protections se mettent en œuvre,

Elle défend aujourd'hui le bilan de JOSPIN qu'elle n'osait défendre en 2002. Elle défendra demain lla loi EL KHOMRI.

En attendant la gauche qui ne fait jamais les choses à moitié dans sa pratique suicidaire vient non seulemment de se déchirer en direct, mais elle ruine tout espoir d'une primaire à gauche

C'est ça la gauche. C'est certes discutable que le 49/3 soit utilisé pour faire passer une telle loi. Mais c'est indispensable que cette loi soit adoptée. Ça l'est d'autant plus que la gauche risque fort de ne pas être au pouvoir dans un an. Cette loi sera un rempart contre un libéralisme forcené prôné par tous les candidats de droite à la primaire. Il faut que cette loi passe. C'est indispensable pour les salariés, leur protection, leur sécurité

Nous ne pourrons pas dire qu'on ne savait pas. Les candidats de droite sont très clairs sur leur projet.

Aux âmes sensibles qui s'offusquent du recours au 49/3, disons simplement que c'est dommage, mais que c'est un outil constitutionnel. Il n'y a pas d'entorse à notre constitution qui garantit la bonne marche de notre démocratie républicaine. L’enjeu est parfois moins l’outil utilisé que le contenu. C’est le cas aujourd’hui avec la loi ELKHOMRI

Ô rage, Ô désespoir Ô gauche incurable ennemie.

Tag(s) : #EL KHOMRI, #Gauche, #politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :