Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Encore une fois la barbarie a frappé. C’est aux victimes et à leurs familles que vont mes pensées.

Encore une fois l’émotion est forte dans tout le pays, et notamment à Saint Etienne du Rouvray

Encore une fois des questions se posent sur les mesures de sécurité et leur efficacité. Si ces questions se posent c’est que nous sommes dans une situation à laquelle la France et plus généralement l’Europe et le monde, ont rarement connu. Le terme de guerre a été évoqué par le président de la république. Guerre contre le terrorisme, guerre contre la barbarie, guerre contre l’inhumanité. Guerre contre un ennemi extérieur et intérieur.

Encore une fois certains membres de l’opposition qui, hier au pouvoir ont déstructuré les moyens de sécurité (en supprimant près de 15 000 policiers, en supprimant les renseignements généraux), se servent de ce nouveau drame pour alimenter leur propre campagne électorale en vue des primaires à droite et des présidentielles.

Les propos de Nicolas Sarkozy ce soir (dans les mots et la manière de les dire) sont choquants et interrogent sur son républicanisme et son attachement à un état de droit et à la démocratie.

Michel Rocard, lors d’un débat sur « Syndicalisme et politique », organisé par la CFDT en 2013, disait «La politique est une chose grave, avec laquelle il ne faut pas jouer » et il ajoutait « il ne faut jamais oublier qu’Hitler a pris le pouvoir dans le cadre d’une démocratie ». Propos lourds de sens pour un homme qui a découvert la politique dans la période troublée de la guerre et de l’après-guerre

Oui, Sarkozy, Ciotti, Estrosi et Wauquiez, depuis les attentats de Nice ont franchi une ligne qui démarque les démocrates et ceux qui plaident pour la remise en cause des libertés, et qui stigmatisent une partie de la communauté nationale, laissant percer derrière celle-ci, la certitude que l’Islam n’a pas sa place en France.

Ce soir dans ce pays Laïc qu’est la France, ceux qui en appellent aux valeurs de la république sont les responsables des grandes religions et appellent à la cohésion nationale devant la barbarie

Monseigneur Georges PONTIER, président de la conférence des évêques de France, comme Haïm Kosia, le Grand rabbin de France, comme Anouar Kbibech, le président du Conseil Français du Culte Musulman en appellent tous au nom des valeurs de la république, « pour ne pas monter des murs »[1], pour « ne pas segmenter la société [2]», pour appeler « La nation tout entière à l’unité et à la solidarité »[3]»

De quoi interroger une certaine conception de la laïcité qui renvoie la religion et l’expression de celle-ci à une affaire privée. Ce qui rappelons-le n’est absolument pas le sens de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat[4].

Ce soir dans ce pays laïc, au prise avec des débats politiques de bas niveau et notamment du fait de l’opposition démocratique qui laisse parler la droite extrême par les voix de ceux que j’ai déjà nommé, heureusement que ce soir, en plus des propos dignes du Président de la République, nous avons pu entendre des responsables des 3 grandes religions implantées en France.

Ce soir dans un pays laïc, on aurait aimé entendre la classe politique dans son ensemble déclarer comme l’a fait Benaïssa Chana, président du conseil régional du culte musulman de Rhône-Alpes « Les auteurs de cette attaque veulent déstabiliser la république, ils veulent une guerre civile, une guerre de religions. On ne va pas céder, on va continuer à lutter contre ces fanatiques là où ils sont »

Ce soir dans ce pays laïc, j’aimerais que le débat politique et intellectuel contre la haine et la vengeance, arrête de de borner à des débats vestimentaires, lesquels, ces derniers mois ont cannibalisé à gauche le débat sur la laïcité.

Ce soir dans ce pays laïc qui a inventé la très belle devise « Liberté, Egalité, Fraternité », je nourri l’espoir que ces mots, nourrissent les débats et l’action politique, sans naïveté, mais avec fermeté.

La gauche au pouvoir doit prendre toutes ses responsabilités pour améliorer les fonctionnements des services, pour user de tout ce que l’état de droit peut faire pour améliorer la sécurité des français, et éradiquer le terrorisme. Elle assure aujourd’hui la conduite de la France. Le gouvernement doit être soutenu. Pas béatement, pas de façon suiviste. En s’intéressant, en exigeant plus de débats publics sur tous ce qui nourrit le terrorisme tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour mieux comprendre là où il faut agir. C'est indispensable pour la cohésion qui ne soit pas de façade.

La droite doit se ressaisir. Aujourd’hui Bayrou et Raffarin se sont exprimés de manière digne. Ce n’est pas le cas de ceux que j’ai déjà cité. A l’Assemblée Nationale après le drame de Nice, Wauquiez n’a pas hésité à reprocher à Valls, (lui faisant valoir que nous étions dans un Etat de droit), d’agir à droit constant, en ajoutant que les français demandent justement que la loi change. La portée de cette réplique est énorme et disqualifie son auteur comme démocrate. Pour lui et d’autres de la droite extrême c’est l’Etat de droit qui doit être remis en cause au nom de la lutte contre le terrorisme et la sécurité des français.

Ce soir dans ce pays laïc, nombreux sont ceux et celles qui sont en proie aux doutes. La classe politique dans son ensemble ne réussit pas à redonner de la cohésion à la société et au sens de notre communauté de destin. Je souhaite ce soir que l’appel des responsables religieux y contribue.

Surtout, ne laissons pas ce débat entre les mains de politiciens (Je ne vise pas tous les responsables politiques) plus intéressés par leur réussite politique que par l’intérêt général .

Gaby BONNAND

La pétition «Que cesse l’esprit de haine qui s’installe en France » a plus que jamais s a raison d’être. Alors signons et faisons signer (lien ci-dessous)

https://www.change.org/p/les-responsables-des-partis-politiques-de-gouvernement-et-des-citoyens-qui-se-mobilisent-ensemble-que-cesse-l-esprit-de-haine-qui-s-installe-en-france

[1] Monseigneur PONTIER Président de la conférence des évêques au journal de France 2 de 20h le 26 Juillet 201

[2] Haïm Kosia, Grand Rabbin de France 2 à 20H le 26 Juillet 2016

[3] Anouard Kbibech, Président du conseil français du culte musulman

[4] La loi de 1905 Fixe « un principe constitutionnel de la séparation de l’Église et de l’État, et un principe juridique de l’organisation de la pratique des cultes dans l’espace public»