Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le mouvement des gilets jaunes est entré depuis ces derniers jours dans une phase inédite.

Il est clair pour tout le monde aujourd’hui, que l’expression qui se manifeste à travers le mouvement des gilets jaunes est la manifestation de fractures sociales très fortes. Les questions d’inégalités de justice sociale sont au centre des revendications de ce mouvement.

Les revendications de justices sociales doivent être entendues et des réponses apportées

Une musique nauséabonde

Des gilets jaunes qui se présentent comme des portes paroles tout en disant qu’ils ne sont pas des représentants, clament leur fierté de n’avoir jamais été syndiqués, de n’avoir jamais fait grève, de n’avoir jamais été engagés.

Moi au contraire, comme beaucoup d’autres, ma fierté s’est d’être syndiqué depuis longtemps, c’est d’être engagé depuis longtemps dans le combat contre les inégalités, contre l’injustice sociale, pour le développement des droits des travailleurs.

Ma fierté s’accompagne d’une question : Ou étaient tous ces gilets jaunes qui n’ont jamais été syndiqués, jamais engagés, dans les batailles, dans les combats menés par le syndicalisme français ces dernières années, pour faire entendre la voix des travailleurs ?

Où étaient tous ces gilets jaunes, jamais syndiqués, jamais engagés, quand le syndicalisme devait se renforcer pour combattre une logique ultra libérale qui depuis plusieurs décennies minent la cohésion sociale de notre société par le développement des inégalités.

Ils étaient aux abonnés absents. Ce n’est pas moi qui le dis. Ce sont eux qui le disent. Et c’est même leur fierté, leur TOTEM, leur Emblème.

La crise qui s’exprime aujourd’hui, couve  depuis longtemps et tous ceux et celles qui ne se sont pas engagés ces dernières décennies pour lutter contre les causes de celles-ci, portent aussi leur part de responsabilité.

On peut reprocher au syndicalisme de n’avoir pas été assez efficace, mais il appartenait à chacun de prendre ses responsabilités et de s‘y engager pour le rendre plus efficace.

La tentation totalitaire

Aujourd’hui, il est temps de nommer les choses. La colère est grande et bien au-delà des gilets jaunes. Cette colère est légitime et les réponses doivent être apportées. Elles ne passent certainement pas par la destruction de notre démocratie.

Ce mouvement est en train d’être tiré par des forces d’extrême droite. La tentation totalitaire qui se fait jour, comme le disait Daniel Cohn Bendit hier, est à prendre au sérieux.  Le fait que des gilets jaunes qui sont prêts à se rendre à des discutions avec le pouvoir, soient menacés dans leur intégrité physique, est l’expression d’une dérive totalitaire qui ne peut plus être considérée comme marginale puis que toutes les tentatives ont échouées.

Les haines véhiculées par certains discours, à l’encontre des responsables politiques, des institutions républicaines et même à l’encontre du syndicalisme, sont les ferments d’une radicalisation dont la haine de l’autre est le moteur.

La justification des  violences physiques ne peuvent conduire qu’à faire advenir un pouvoir totalitaire. Un  appel au général Pierre de Villiers pour devenir premier ministre n’est pas le signe d’une volonté de renforcer la démocratie.

Se lever pour la démocratie

Alors oui, il est temps pour tous ceux et toutes celles et ils sont nombreux, y compris parmi les gilets jaunes qui ont pris part, par leur engagement, par leur soutien au syndicalisme, par leur participation ou leur soutien aux actions qui ont permis à ce que dans notre pays les inégalités progressent moins qu’ailleurs, se lèvent et crient leur fierté de leur engagement.

Exprimer cette fierté ce n’est pas exprimer une satisfaction d’avoir régler tous les problèmes. Loin de là si c’était le cas nous n’en serions pas là. C’est simplement l’expression d’une fierté avec toute l’humilité nécessaire, de participer avec des millions d’autres, au combat permanent  et continu pour l’amélioration des conditions d’existences des travailleurs.

Ne nous laissons pas voler notre travail par ceux qui aujourd’hui veulent pervertir ce mouvement pour faire advenir un régime totalitaire.

Tag(s) : #Gilets jaunes, #Démocratie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :