Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oui il faut faire la différence.  Ce conflit des gilets jaunes exprime un cri de colère contre les inégalités sociales et un  cri pour vivre mieux . Il révèle également une utilisation de ces cris par les extrêmes, bien au-delà des manœuvres de plus en plus voyantes de Marine Le Pen et son parti, et de la course qu’a entrepris derrière elle, le parti de Jean Luc Mélenchon, François Ruffin en tête.

L’engagement de milliers d’adhérents et de militants CFDT a toujours été un engagement pour faire du social une condition de la réussite économique, politique et démocratique et non pas un sous-produit de l’économique.

Pour n’avoir jamais redéfini la place du social, le rapport du social et de l’économique et donc de la démocratie sociale comme l’a souvent demandé un Michel Rocard, la gauche politique, durant ces dernières décennies a joué le jeu de la radicalité quand elle était dans l’opposition et d’opportuniste quand elle était au pouvoir, tandis que les politiques de la droite (qui lui succédaient dans ce cycle des alternances qui ont marqués les décennies 80, 90 et 2000) , par nature plus tournées vers la rigueur budgétaire et les politiques économiques libérales, étaient facilitées . Ainsi tous les partis politiques ont semé des graines d‘une radicalité destructrice

L’engagement de milliers d’adhérents et de militants CFDT a toujours été un engagement de lutte contre les inégalités et pour l’émancipation des individus.  

Pour avoir ignoré les dégâts causés par la forte progression des inégalités malgré l’action des organisations syndicales que nous aurions souhaitées plus massives, notamment depuis la crise de 2008, tous les pouvoirs ont semé des graines d’une radicalité destructrice

Avec la CFDT, dans laquelle je me suis engagé, j’ai toujours considéré que l’expression des intérêts contradictoires est une des caractéristiques de la démocratie. Les conflits, leurs visibilités et leurs expressions  publiques sont des éléments essentiels du rapport de force qui doivent dans une démocratie s’exprimer dans des lieux de négociation en vue de rechercher un compromis, seul moyen de progresser ensemble.

Pour avoir ignoré ces fondamentaux, de nombreux acteurs politiques, au premier rang desquels le pouvoir actuel, mais aussi ceux qui l’ont précédé, ont semé des graines d’une radicalité destructrice.

Les capacités créatrices individuelles et collectives des hommes et des femmes sont énormes. Leurs capacités destructrices tant individuelles que collectives le sont également.

Voilà que sur fond de colère légitime, ces radicalités destructrices s’agglomèrent. De Ruffin drapé de son écharpe tricolore qui vomit sa haine de macron devant l’Elysée, à Marine Le Pen qui fait feux de toutes les « fake-news »  relatant une demande de Macron de placer la France sous l’administration de l’ONU, aux sites complotistes tenus ou relayés par des « portes paroles » des gilets jaunes comme Maxime Nicolle et Éric Drouet, lequel appelle à marcher sur l’Elysée Samedi 8 décembre, sans oublier ceux qui contre les syndicats arborent leur totem et leur bannière « Jamais syndiqué ».

Aujourd’hui, contre cette radicalité destructrice, une bonne nouvelle : La déclaration intersyndicale CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, et FSU.

Ensemble, elles disent au gouvernement qu’elles s'engageront dans le dialogue que celui-ci a enfin ouvert pour aborder les sujets du pouvoir d’achat, des salaires, du logement, des transports, de la présence et de l’accessibilité des services publics, de la fiscalité pour que ces questions trouvent des débouchés concrets, créant ainsi les conditions sociales d’une transition écologique efficace parce que juste

Ensemble, elles rappellent que, depuis des mois, face aux inégalités sociales et territoriales, elles ont réclamé des politiques publiques permettant de la justice sociale, sans être écoutées

Ensemble, elles appellent le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations. Cela suppose qu’elles soient larges, ouvertes et transparentes, au niveau national comme dans les territoires.

Ensemble elles dénoncent toutes formes de violence dans l’expression des revendications.

Un grand regret encore ce soir pour moi. Le monde politique s’est montré de tous côtés bien piètre défenseur de la démocratie.

La colère et les appels à mieux vivre qui sont montées ne peuvent trouver des solutions par des appels à détruire, proférés par cet amalgame de haine, de rumeurs, de fausses infos, de racisme, d’antisémitisme, d’anti-démocratie...

Les organisations syndicales par contre viennent aujourd’hui de tracer une voie qui doit être saisie de toute urgence par le gouvernement. 

Gaby BONNAND

Tag(s) : #Gilets jaunes, #déclaration intersyndicale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :