Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souhaitons que ce ne soit qu'une fuite d'une fausse annonce. Emmanuel Macron devait dans son discours de lundi soir, annulé pour cause d'incendie de Notre Dame de Paris, annoncé la suppression de l'ENA. 

En effet j'ose espérer qu'il ne s'agit là que d'une blague, car la République n'est pas une cour de récréation. Dans une cour de récréation, lorsque des gros bras minoritaires veulent imposer leur loi, il arrive souvent, et c'est regrettable, que par faiblesse ou par volonté de se protéger, des élèves disent comme les gros bras. 

Si cette annonce devait être faite, on ne serait pas loin de la cour de récréation. Voila Emmanuel Macron rejoignant les gros bras gilets jaunes dans leur délire populiste pour dire haro sur les élites. Quel courage!!!

Que l'ENA comme d'autres grandes écoles doivent être réformées, certainement. Mais Macron qui n'a pas encore fait cette proposition, puisqu'il ne s'agit que de supputations, devrait en ce moment où chacun et chacune est invité à se rappeler qu'il-elle appartient-ne à une histoire et à un monde de bâtisseurs, qu'il y a beaucoup d'autres cathédrales à reconstruire, que celle de Notre Dame de Paris. 

Créée en 1945 pour démocratiser l'accès à la haute fonction publique de l'Etat, l'ENA est une Cathédrale de notre République. Qu'elle ait beaucoup d'avaries, de moisissures menaçant la structure de son édifice, tout le monde en est convaincu. Pas plus que nous pouvons laisser Notre Dame de Paris en l'état après l'incendie, nous ne pouvons, la République ne peut pas ne pas se rappeler que l'ENA est un symbole important de notre Démocratie et de notre République. 

Il peut paraître surprenant que quelqu'un qui n'a pas été formé par les grandes écoles, prenne la défense d'une telle institution.

Et bien non. Au contraire. En ce qui me concerne, le regard sur l'histoire n'est ni effet de mode, ni un effet conjoncturel. 

Ce regard sur l'histoire montre que les deux piliers qui ont formé dans l'histoire et forment encore les dirigeants (ce que nous appelons péjorativement les "Élites") de la nation, sont déstabilisés et sont de moins en moins performants dans leur production. si je peux m'exprimer ainsi.

Ces 2 piliers sont

- d'une part l'éducation populaire qui pour faire vite, a été la première école de formation de militants et militantes à travers des organisations de jeunesses, des syndicats, des associations... et qui ont permis à des personnes issues de classes populaires d'accéder à des responsabilités importantes dans le pays

- d'autre part les grandes écoles de la République dont l'ENA, qui ont été créées pour donner la possibilité à tous et toutes et pas seulement aux "héritiers" d'accéder à des des responsabilités dans notre République.

Je constate aujourd'hui qu'Emmanuel Macron est sélectif sur le regard qu'il porte sur l'histoire. Alors qu'il rappelle la continuité entre les bâtisseurs qui se sont succédés et nous aujourd'hui qui devons poursuivre l'oeuvre de l'amélioration, il considère que d'autres cathédrales doivent passer par la case destruction. Et je ne peux que regretter qu'Emmanuel Macron n'est pas la sagesse de miser sur la "Reconstruction" pour toutes les "Cathédrales". "Faire du passé table rase n'a jamais été ma tasse de thé. Au contraire, j'ai toujours combattu cette approche. Et je continuerais de la faire.

- C'est vrai pour le premier pilier dont j'ai parlé. Emmanuel Macron a théorisé une pratique démocratique sans s'appuyer sur ces mouvements de la société civile et notamment les syndicats qui ont donné au pays de nombreux dirigeants. Et pour ceux qui en doutent je reproduis ici ce que ses 2 conseillers auteurs du livre "Le progrès ne tombe pas du ciel" disent des syndicats " «La raison d’être des corps intermédiaires est remise en cause comme le furent dans d’autres domaines celle des porteurs d’eau au moment de l’invention de la plomberie, des taxis au moment de la création des applications comme Uber ou Chauffeurs privés, ou encore des hôtels avec l’application des plateformes de location entre particuliers».

- Si l'annonce de la suppression de l'ENA devait s'avérer juste, nous aurions là aussi une approche de l'évolution par la destruction plutôt que par la reconstruction.

Je ne voudrais pas me laisser aller à des conclusions trop hâtives, mais l'alliance objective entre un discours "anti-élites"  ou plutôt anti -NA et anti-corps intermédiaires et les "donateurs généreux" qui constituent une "élites" passé ni par l''ENA, ni par les corps intermédiaires, ne me rassure pas sur la formation des élites dont la République et la Démocratie ont besoin.

Gaby BONNAND

Tag(s) : #ENA, #Notre Dame de Paris