Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin dans libération, Cécile Duflot Directrice générale d’Oxfam France  et Winnie Byanyima Directrice générale d’Oxfam International signent une tribune pour dire qu'Oxfam ne se rendra pas au dîner du G7 auquel Macron a invité les ONG. 

Les raisons invoquées ne peuvent être sous estimées. En effet Macron n'a montré depuis son accession au pouvoir, ni la volonté, ni le souhait d'associer la société civile autre que la partie qu'il représente, à l'élaboration de réponses aux questions économiques, sociales, sociales, environnementales... Le risque d'une instrumentalisation des ONG à l'occasion de ce sommet n'est pas à exclure. 

Cependant, je ne sais pas si les responsables d'Oxfam ont raison ou pas de décliner l'invitation de Macron. Il est certain que les inégalités dénoncées par la tribune parue dans libération sont une réalité qui a dépassé depuis longtemps les limites du supportable. Ce matin Ouest France consacre une page entière à cette réalité avec pour titre "écarts riches-pauvres: une urgence mondiale, avec graphique à l’appui montrant extraordinaire progression des revenus des plus riches depuis une 40 aine d’années, tandis que ceux des plus pauvres stagnent, donc baissent.

Par contre mettre sur le même pied Macron et Trump, comme le font les auteures de la tribune, pour laisser entendre qu'ils seraient tous les 2 aux mains des lobbys et des puissants et que par conséquent rien n’est possible autre que de les boycotter, me semble dangereux. Dangereux et peu propice à une lutte efficace contre les dérives de nos démocraties face au glissement progressif du monde vers le populisme

Là encore je veux faire référence à Ouest France de ce matin dans lequel Dominique Moisi publie en première page un point de vue intitulé "Trump et l'âme de l'Amérique". Son sujet n'est pas une dénonciation politicienne de Trump, mais, à travers le phénomène Trump, de proposer une analyse du monde et de la progressive résignation de nos démocraties devant la montée des populismes dont l'air que nous respirons a un "parfum toujours plus fort des années 30 dans °". , qui interroge et interpelle les responsables politiques, mais aussi chacun de nous. 

On peut être en désaccord avec Macron, et je le suis sur de nombreux points, mais le manichéisme qui conduit à rejeter tout ce que fait Macron n'est pas pour moi le meilleur chemin pour endiguer la progression des populismes. On peut dénoncer à juste titre le rôle du G7 dans la diffusion des idées néolibérales et dire là encore à juste titre que ces dernières ont une grande responsabilité dans la progression des inégalités. Mais pour autant, l’utilisation d’outils existants (qui, rappelons-le, ne sont pas l’émanation des dirigeants d’aujourd’hui), ne peut être exclue, par principe, pour influer sur le cours des choses.

De ce point de vue, il ne peut être fait abstraction du fait que Macron a fait de la lutte contre les inégalités, un des thèmes de ce G7. Ce que je dis-là ne vaut pas acceptation ou soutien à Macron mais simplement l'énoncé d'un fait dont les résultats ne pourront être analysés qu'au regard de ce qui se sera passé concrètement. Cela ne vaut pas non plus naïveté. Mais entre manichéisme et naïveté, il y a encore je l'espère une place pour ceux et celles qui veulent encore croire que le pire n'est pas certain.

De ce point de vue, on peut s’interroger si ceux et celles qui, par opportunisme, par posture politique, par opposition de principe, par idéologie ou par simple bonne foi ne saisissent pas toutes les occasions pour porter le fer au sein des outils en place, ne prennent pas le risque de laisser toute la place à ceux qu'ils prétendent combattre.

 

Gaby BONNAND

° Dominique Moisi : Ce matin Ouest France "Trump et l'âme de l'Amérique"

Tag(s) : #G7, #Oxfam