Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A lire l’article du Monde, le gouvernement et principalement l’entourage de Muriel Pénicaud, la ministre du travail, trouve que l’étude de l’UNEDIC rendue publique le 24 Septembre, ne serait pas objective.

Il faut dire que plus de 40% des demandeurs d’emploi vont être touchés par les nouvelles règles, soit en se voyant réduire le niveau de leurs allocations par le nouveau calcul du Salaires journalier de référence soit par une dégressivité au bout de 7 mois. Et tout cela, sans compter le nombre de primo demandeur d’emploi qui ne pourront accéder aux allocations chômage par l’augmentation de la durée permettant y avoir droit (6 mois de travail dans les 24 derniers mois contre 4 mois de travail dans les 28 derniers mois auparavant).

C'est un véritable tsunami que même les promoteurs de la réforme n'ont peut-être même pas imaginés, tellement loin des réalités et tout occupés à faire marcher leur calculette et tellement fière de présenter à leurs autorités des solutions que personne avant eux n'avait trouvé

Nos technos du ministère du travail reprochent à l’UNEDIC de ne pas prendre en compte « les changements de comportements » que la réforme va provoquer.

Evidemment les inventeurs de la réforme sont persuadés que ceux et celles qui sont au chômage, c’est-à-dire des « gens de rien », ne bossent pas, non pas parce qu’il n’y a pas de travail, mais parce qu’ils sont nourris aux frais de la princesse qui au demeurant n’est simplement que le pot commun qui reçoit leurs cotisations.

Pour nos héros du nouveau monde, il n’y a pas de problème de chômage. Il n’y a qu’un seul problème c’est celui de faire travailler ceux qui ont tendance à se la couler douce.  Alors pour obliger ceux et celles qui sont au chômage à travailler, il faut les mettre à la diète. Quand ils auront faim, ils iront bien au boulot, diable!.

En fait c’est ce que veulent dire ces collaborateurs zélés du ministère du travail, quand ils disent que l’UNEDIC ne tient pas compte « des changements de comportements» que les nouvelles règles vont provoquer. Ce sont des gens « bien élevés ». Ils ont du vocabulaire. On ne dit pas « On va t’obliger à te bouger le cul par une bonne diète », on dit « il est important que tu te prennes en main pour trouver du travail et on va t’aider ».

La colère me déborde et ce billet me permet de la poser un peu. Je pari que si les chômeurs votaient en masse, il n’aurait pas fallu plus de 24 h pour remettre en cause cette réforme assassine. Mais comme les chômeurs ne sont que chiffres et ratios, personne ne s’est bien soucié des conséquences de la réforme.

Peut-être  que de nombreux membres de la majorité et peut être même parmi le gouvernement n’ont pas l’idée des conséquences que cette réformes menée à coup de bulldozer va produire.

Le réveil sera brutal. Mais peu importe, que cette réforme soit un choix pris en toute connaissance des conséquences ou pas, cette majorité porte l’entière responsabilité de ce scandale et de ce recul de la protection social que le pays n’a pas connu depuis longtemps.

 

Gaby BONNAND

Tag(s) : #Assurance Chômage

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :