Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les championnats du monde d’athlétisme viennent de s’ouvrir à Doha au Qatar et la catastrophe sportive annoncée est déjà perceptible. 28 femmes sur 68 femmes ont abandonné au marathon féminin qui s’est déroulé sous une chaleur de de plus de 35° et plus de 60% d’humidité. Et ce matin le français, Yohann Dénis a abandonné au bout de 16 Kms sur le 50 Kms marche.

Nombreux sont les athlètes qui ont critiqué le choix de Doha comme lieu pour les championnats du monde d’athlétisme. Le décathlonien Kevin Mayeur parle de « catastrophe » après le marathon féminin et considère que les athlètes, leurs intérêts, leur vie, n’ont pas été au centre de la décision du choix de Doha.

Derrière cette catastrophe sportive d’autres catastrophes sont elles aussi bien réelles.

 

Une Catastrophe sociale. Les entreprises, y compris des entreprises françaises ont inventé un « esclavage moderne » pour réaliser les stades qui doivent être prêts pour la coupe du monde.  Au Qatar, nous rappellent des ONG, « on recense plus de 900 décès par an parmi la masse ouvrière: accidents, chutes mortelles, hyperthermie, déshydratation, épuisement, ou suicide pour ceux qui réalisent trop tard que leur rêve n’était qu’une vaste farce, un mirage honteux dans un désert fait d’injustices ». 

Dernièrement Amnesty international dénonce  le fait que "des centaines de travailleurs migrants du Qatar attendent toujours en vain d'être rémunérés et indemnisés par des employeurs peu scrupuleux qui continuent d'avoir le champ libre dans le pays". Bien souvent, les travailleurs migrants se rendent au Qatar dans l'espoir d'offrir à leur famille une vie meilleure, mais ils sont nombreux à revenir dans leur pays sans le moindre riyal (la monnaie utilisée au Qatar) après plusieurs mois de démarches pour se voir verser leurs salaires".

 

Une Catastrophe écologique. Pour conter les effets de la chaleur, de nombreuses compétitions d’athlétisme durant les championnats du monde se tiennent et se tiendront  à l’intérieur de terrains dans lesquels la climatisation a été installée. Ce sont Huit terrain qui seront réalisés avec climatisation pour la coupe du monde de 2022. Véritable aberration dans une période où la lutte contre le réchauffement climatique est au centre de nombreux discours politiques sur le plan international à l’exception bien sûr de Trump, Bolsonaro et du Premier Ministre Australien Scott Morrison.

Les championnats du monde d’athlétisme de 2019 ne sont qu’un petit aperçu des dégâts provoqués par le choix d’organiser des compétitions dans un pays qui ne réunit aucune condition pour de tels événements. Alors la climatisation des terrains de foot sont de véritables accélérateurs du réchauffement climatique, on voudrait nous faire croire que le bilan carbone de la coupe du monde  au Qatar, sera neutre.

La coupe du monde 2022 ne doit pas avoir lieu au Qatar

« La maison brûle et nous regardons ailleurs » disait le Président Chirac en 2002, lors du 4° sommet de la Terre à Johannesburg. «L’urgence climatique est une course que nous sommes en train de perdre, mais nous pouvons la gagner», a redit en septembre, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, au sommet de l’ONU sur l’urgence climatique.

Et pendant ce temps-là, les instances internationales du sport octroient au Qatar, pour des raisons qui dépassent les raisons sportives, les championnats du monde d’athlétisme en 2019 et la coupe du monde de football 2022.

Pour les championnats d’athlétisme, il est trop tard, mais nous pouvons encore empêcher la coupe du monde de football de 2022 de se dérouler au Qatar.

Je suis un amoureux du foot. Pas autant accroc que plus jeune ou je vivais dans la région stéphanoise à l’époque glorieuse des verts, mais toujours passionné par l’équipe de France et de plus en plus par les Rennais qui ont repris des couleurs après leur saison fabuleuse 2018-2019.

Mais ma passion pour le foot ne m’empêche pas de dénoncer cette décision débile de faire jouer la coupe du monde au Qatar.

Les instances sportives ont pris une décision pour laquelle elles ne sont pas légitimes au regard des conséquences sociales et environnementales qu’elles engendrent. Les Etats et les instances politiques internationales doivent reprendre le dossier en main.

En cohérence avec les décisions prises dans les différents sommets, les Etats et les instances internationales doivent tout faire pour empêcher que la coupe du monde ne se tienne au Qatar en 2022.  

En Alors pour éviter qu’à la catastrophe sportive déjà réelle pour les championnats du monde d’athlétisme et celle annoncée en 2022 ne viennent s’amplifier les catastrophes sociales et environnementales, mobilisons-nous pour faire pression sur les Etat et les instances internationales pour que la décision la plus responsable soit prise :

 Annuler la coupe du monde de foot au Qatar en 2022

Gaby Bonnand

Tag(s) : #Qatar

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :