Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans son hommage aux 4 policiers victimes du terrorisme, dans l’exercice de leurs fonctions, au sein-même de la préfecture de Paris, Emmanuel Macron a appelé les français à la vigilance pour se mobiliser contre "l'hydre islamique". Il a  exhorté les français à « savoir repérer à l'école, au travail, dans les lieux de culte, près de chez soi », les signes de radicalisation chez les individus.
En même temps il affirme que «ce n’est en aucun cas un combat contre une religion mais contre son dévoiement qui conduit au terrorisme», et qu'une société de vigilance n'est pas «une société du soupçon".

Où s'arrête la vigilance, où commence le soupçon ?

La réponse n'est pas simple. Elle n'est tellement pas simple qu’Emmanuel Macron lui-même a été obligé de préciser qu'une société de vigilance n'était pas une société du soupçon.

Pour que l'appel d'Emmanuel Macron à la mobilisation générale  «contre ceux qui veulent menotter la liberté, les femmes, la civilité, ceux qui veulent diviser, séparer, manipuler», ne se transforme à pas en délation généralisée, la puissance publique doit montrer le chemin de manière très claire et sans faiblir, et la ligne politique qui guide la lutte contre le terrorisme ne doit pas se laisser dépasser par l’émotion.

Tout d'abord, il faut cesser de faire de l'islamisme une religion pour le considérer comme une idéologie de haine, une idéologie mortifère et meurtrière, un point c’est tout.
Emmanuel Macron parle d'Islam dévoyé, d'islam politique, pour nommer l'islamisme. Je ne suis pas certain que ce soit la meilleure manière pour faire prendre conscience que l'islamisme n'est pas une religion mais une idéologie de haine qui doit être combattue de partout où elle s’exprime.

De plus faire un lien entre religion et islamisme, même de manière négative comme quand l'islamisme est présenté comme un islam dévoyé, est de nature à faire le jeu des islamistes qui eux ont intérêt à faire le lien et à présenter l'islamisme comme une pratique de l'islam.

Quand Zemmour et tous les idéologues d'extrême droite répandent leur idéologie de haine en faisant référence à la culture chrétienne, parlons-nous de chrétienté dévoyée ? Non et nous avons raison. Alors abstenons nous de de le faire pour l'islam.

Et pour me prémunir de critiques qui verront dans mes propos une certaine naïveté par rapport au salafisme, je réponds que peu importe le nom qu'emprunte l'idéologie islamiste, celle-ci doit être combattue sans merci dans tous les lieux où elle se diffuse, y compris dans les mosquées quand celles-ci les abritent sous couvert de prêches religieux

Tous les manquements aux lois de la République doivent être sanctionnés.

Dans notre démocratie, tous les discours et actes de haine doivent être combattus par tous les moyens que nous donne notre droit républicain.

Dans notre démocratie, tous les discours et les actes visant à remettre en cause l'égalité entre les hommes en fonction de leurs couleurs, origines, religions ou orientations sexuelles doivent être combattus avec vigilance par tous les moyens que nous donne notre droit républicain.

Dans notre démocratie, tous les discours et actes visant à remettre en cause l'égalité entre les hommes et les femmes doivent être combattus par tous les moyens que nous donne notre droit républicain.

Dans notre démocratie, toutes les idéologies de haine de l'Autre, des autres doivent être combattues. De ce point de vue le devoir de vigilance auquel appelle le Président de la République, ne doit pas se limiter à une seule idéologie mais à toutes celles qui sèment la haine et la mort. Au même moment où le terrorisme islamiste tuait en France, le terrorisme d'extrême droite, pour reprendre l'expression des autorités, tuait en Allemagne.

Notre démocratie à besoin, pour faire bloc, d'un récit commun qui soude les individus. Ce récit est nécessaire pour faire société. Il est nécessaire pour faire comprendre que les idéologies sapent les fondements de la démocratie et de la République, de construire un récit sur le terrorisme islamiste comme sur toutes les idéologies de haine, récit qui invite tous les citoyens à se lever contre elles.

La Résistance, le combat contre le terrorisme doit avoir pour effet le renforcement de la cohésion du pays qui n’oublie personne, autour des valeurs démocratiques et républicaines. Le travail énorme. Dans Ouest France du 9 octobre Christian Lequesne rappelle  une étude récente du Monde qui  indique que 36 % des Français considèrent que la démocratie n’est pas un bon système politique et qu’il conviendrait de la remplacer par « un vrai chef pour remettre de l’ordre[1] ».

Gaby Bonnand

 

[1] Ouest France du 9 Octobre 2019

Tag(s) : #Terrorisme Islamiste