Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelle est la différence entre une organisation corporatiste et un syndicat ?

Pas besoin de longs discours pour répondre à cette question. L’actualité récente nous en donne des illustrations. Parmi celles-ci, prenons l’exemple d’une CFDT qui, au terme d’une longue négociation entre partenaires sociaux, décide de signer un accord sur la sécurisation de l’emploi qui donne de nouveaux droits aux salaries. La CFDT signe sans pour autant avoir obtenu tout ce qu’elle demandait. Elle sait qu’une négociation, c’est un compromis.

Pour Laurent Berger Secrétaire Général de la CFDT, cet accord « ne résulte pas d’un troc, mais marque une nouvelle articulation entre l’économique et le social dans l’entreprise et sur le marché du travail. En ce sens, il perturbe certains repères. Dans une période de crise, les partenaires sociaux ont su se mettre d’accord sur un compromis structurant à moyen terme. C’est nouveau pour le dialogue social ». Il rappelle son souhait de voir « le contenu du projet de loi soit discuté avec les signataires, puis avec les non-signataires, avant d’être envoyé au Conseil d’Etat. Le droit à amendements existe mais dans le respect du texte et de son équilibre. Il existe des marges de discussion, sur des précisions utiles ».

A l’inverse, la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux de France), à peine sortie de la réunion du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie, (auquel  elle participe) qui vient de donner un avis sur les complémentaires en santé, se désolidarise de cet avis par la voix de son président. Motif : Le Haut Conseil suggère « de limiter » les dépassements d’honoraires, « en s’appuyant sur la régulation récemment opérée par l’Assurance Maladie Obligatoire en concertation avec les professionnels de santé  (dont la CSMF NDLR): l’avenant 8 du 25 octobre 2012 à la convention médicale prévoit en effet un mécanisme de modération des honoraires des médecins en secteur 2 dans le cas d’une adhésion à un contrat d’accès aux soins ». En cas de non adhésion du professionnel à un contrat d’accès aux soins, le HCAAM propose d’ajouter la possibilité de plafonner la part des complémentaires dans la prise en charge des dépassements d’honoraires, «à hauteur de 100 % de la base de remboursement » 

Par la voix de Michel Chassang, Président de La CSMF « cette organisation demande solennellement au Gouvernement de ne pas suivre cet avis du HCAAM ». Alors que cet avis a fait l’objet  d’un vote unanime moins une voix, celle de la CGT/FO.

2 organisations, 2 conceptions des corps intermédiaires. Une veut contribuer à la construction de l’intérêt général. L’autre se veut être représentant des seuls intérêts de ses mandants. Dans la deuxième conception, le compromis est difficilement acceptable.

La démocratie sans la négociation, sans la reconnaissance réciproque des intérêts des uns et des autres et sans compromis, est tout simplement impossible.

Gaby BONNAND

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :